Internationalisation Rebels 0,0 %

Entretien économique avec Janick Planzer

Janick Planzer peut se targuer d'une longue carrière dans le secteur des spiritueux. Il a d'abord travaillé dans le domaine des ventes et du marketing chez Diageo, le plus grand groupe mondial de spiritueux. Il a ensuite rejoint Dettling & Marmot AG à Dietlikon en tant que Senior Brand Manager, où il a travaillé pendant près de cinq ans. Depuis mai 2022, il s'est mis à son compte en tant que cofondateur de REBELS 0.0% (l'entreprise a été créée en été 2020) et s'occupe désormais de la start-up avec Christof Tremp et une petite équipe.

BAR NEWS : Qu'est-ce que Rebels 0.0% exactement ?
Janick Planzer :
Ce sont des alternatives aux spiritueux qui permettent aux consommateurs de consommer des cocktails sans alcool. Les ventes d'alcool ont diminué, tant en Suisse que dans le monde. Cela est dû à la jeune génération. On estime que les millennials consomment 20 % d'alcool en moins que les générations précédentes. Cela ne signifie pas pour autant qu'ils ne boiront plus du tout d'alcool à l'avenir. Selon une étude réalisée en Angleterre, environ 60 pour cent des personnes interrogées ont déclaré vouloir réduire leur consommation d'alcool.

Ce que j'observe aussi de plus en plus chez nous, ce sont des jeunes qui ne boivent pas d'alcool, mais qui doivent toujours s'expliquer pourquoi ils ne le font pas. Avant, quand on commandait un Coca-Cola, on nous demandait toujours pourquoi on ne buvait pas d'alcool.

Aujourd'hui, il existe une alternative parfaite avec les mocktails, de sorte que l'on n'a plus besoin de s'expliquer. C'est pour cette raison que nous avons choisi le nom de Rebels. Il ne s'agit pas d'interdire aux gens de boire, mais de faire comprendre que si tu ne veux pas boire d'alcool, tu as des alternatives.

Quels sont les produits existants à ce jour ?
Nous avons commencé avec trois variantes classiques : Gin-Alternative, Aperitif-Alternative et Rum-Alternative. Début août, deux nouveaux produits ont été lancés sur le marché, à savoir : Rebels 0.0% Spritz Alternative avec de l'orange amère et de la rhubarbe douce ainsi que Rebels 0.0% Amaretto Alternative. Nous avons opté pour ces deux alternatives parce que l'Aperol Spritz et l'Amaretto Sour font partie des cocktails les plus commandés en Suisse.

Comment savourer Rebels ? Les produits peuvent-ils être dégustés purs ? Que recommandez-vous ?
Mélangé, oui. On peut le boire pur, mais ce n'est pas follement excitant.

Où Rebels est-il produit ?
À Conthey, en Valais, en collaboration avec une entreprise partenaire. L'entreprise est spécialisée dans les distillats d'herbes. Rebels est produit en double distillat.

En quoi Rebels se distingue-t-il des autres produits ?
En raison de la double distillation, les produits ont une structure gustative plus complexe et convainquent par davantage d'arômes. Le goût est persistant et après une gorgée, on sent encore le léger piquant sur le palais.

En février dernier, vous avez reçu un million de francs lors du tour de financement d'amorçage du StartAngels Network. Comment en est-on arrivé là ? Et comment cela s'est-il passé ?
Le seed-funding est un projet dans le cadre duquel les start-up reçoivent un capital de départ pour la création de leur entreprise. Ces moyens financiers sont généralement obtenus sous forme de capital-risque ou de prêts d'investisseurs. Dans notre cas, nous avons fondé l'entreprise Freespirited Drinks AG un an auparavant et avons directement lancé trois spiritueux sans alcool sur le marché.

"On estime que les millennials consomment 20 % d'alcool en moins que les générations précédentes".

Notre objectif était de conquérir également le marché européen avec Rebels 0,0% et ce potentiel a été reconnu. Pour cela, nous avons reçu l'injection de fonds de différents investisseurs. L'investisseur principal est le Dr Friedrich Hoepfner. Depuis ce soutien, il est également membre du conseil d'administration.

Quels étaient les objectifs, à quoi servez-vous ce capital ?
L'objectif était de réunir 500 000 CHF. L'injection d'un million de francs nous a énormément aidés et nous l'investissons principalement dans le marketing, les ventes et le développement de l'équipe.

Quels marchés visez-vous en premier lieu ?
L'Allemagne est le plus grand marché en ce qui concerne les spiritueux sans alcool. Nous avons également intégré l'Autriche, le Danemark, la Belgique et les Pays-Bas dans nos marchés cibles. Mais cela ne veut pas dire que nous ne regardons que ces pays, nous gardons aussi les yeux ouverts sur d'autres pays. Dubaï est intéressant pour nous, nous nous y attaquerons en 2023.

Un regard sur l'avenir. Comment voyez-vous l'évolution du marché dans le domaine des "spiritueux" sans alcool ? Quelle est l'évolution au niveau mondial ? Et en Suisse ?
L'Angleterre est certainement un marché pionnier. Il y a déjà 40 marques de spiritueux sans alcool sur ce marché, elles connaissent une croissance rapide. Le Dry January vient de là et cela se reflète dans l'évolution du marché.

"Il ne s'agit pas d'interdire aux gens de boire, mais de faire comprendre que si tu ne veux pas boire d'alcool, tu as des alternatives".

Le marché des spiritueux sans alcool aux États-Unis connaît également une très forte croissance, car les Américains ont un lien proche avec les boissons. L'Asie et l'Inde s'intéressent aussi à cette catégorie, et je continue à voir la Suisse comme un marché pionnier, en forte croissance.

Ces produits ont également fait leur entrée en Suisse chez les grands distributeurs comme Migros et Coop. Quelle est la stratégie de distribution de Rebels 0.0% ?
Nous travaillons avec un distributeur sur chaque marché. En Suisse, il s'agit de Dettling & Marmot. Jusqu'à présent, nous nous sommes concentrés sur le commerce spécialisé et la restauration, car il est important pour nous d'être bien conseillés. En effet, mal consommés, les produits peuvent vite devenir décevants. Nous considérons toutefois que le développement de l'offre des grands distributeurs est positif, car il permet de sensibiliser les consommateurs à cette catégorie.

Cet automne, BAR NEWS organise déjà la 12e édition du concours suisse Nullpromille Trophy, la plus ancienne compétition de barmen dans ce domaine. Que pensez-vous d'un tel concours ?
Ils sont très utiles et permettent d'accroître la notoriété du monde des spiritueux sans alcool. Autrefois, cette catégorie était souvent ignorée et ridiculisée par les barmen. Pourtant, les clients veulent des alternatives. Les tendances de consommation sont codirigées par le barman et il est donc important que le bar le propose également.

Cet article est paru dans
numéro 4-2022

Le magazine BAR NEWS en numéro unique

Vous avez aimé cet article ?

Vous avez déjà voté !
Produit ajouté au panier.
0 Articles - CHF 0.00